Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 04:45

A l'occasion du jour de l'an des Amazighs, je me permet par ce billet de souhaiter a tout les berberes qui se trouves ds tt les 4 coins du monde et  a partir des iles canaris en passant par le maroc, Algerie, tunisie et la libye jusqu'a siwa et je partage avec vous cette assiette de couscous au cardes, normalment on fait le poulet mais je voulais changer un peu , j'ai prefere la viande rouge c'ete vraiment tres bon !

 

 

seksou

et on a une autre traditon qu'on fait pendant yennayer c'est que on coupe les cheveux pour les garcons, ce que j'ai appris par mere et ce qu'elle faisait pour mes freres.

Le vocable yennayer s’apparente au terme latin enneyer (janvier). Il est le plus utilisé dans l’univers culturel berbère, même si le Kabyle a tendance à employer parfois « ixf u segwas » (le début de l’année) ou encore « tabburt u segwas ». Les At Waziten (les berbères de Libye) préfèrent « anezwar n u segwas » (introduction de l’année). Ce mois marque les débuts du solstice d’hiver. Le soleil entame sa remontée. Les jours encore très froids se rallongent et instaurent l’espoir d’une meilleure année. Il est ritualisé d’une manière assez significative.

La célébration de Yennayer s’articule autour de plusieurs symboliques 

Le jour qui précède Yennayer, soit le 12 janvier reste le plus important. La veille donc de cette fête, le repas est frugal. Le plus souvent on prépare berkukes, boulettes de farine cuites dans un bouillon léger ou encore Icacmen, blé en grain préparé au lait ou en sauce. Ailleurs on ne consomme que du lait ou des légumes secs cuits à l’eau. Le lendemain en revanche, on partage un repas copieux en signe de prospérité, composé des éléments suivants :

  • gâteaux/galettes : lesfenj (des beignets), tiγrifin (crêpes),
  • plat des « sept légumes » fait uniquement de plantes vertes ;
  • viande (volaille, chevreaux ou moutons).
  • friandises (fruits secs comme figues sèches, amandes, noisettes, dattes..).

Dans certaines régions d'Algérie (Oran) ou du Maroc (Berkane chez les Iznassen), on évite de manger des aliments épicés ou amers pour se préserver d’une mauvaise année. Le repas de Yennayer est conditionné par les récoltes selon les régions mais aussi par les moyens des uns et des autres. Les aliments servis vont symboliser la richesse, la fertilité ou l'abondance. Il est ainsi des irecman (bouillie de blé et de fèves) ou le cœur du palmier chez les Beni-Hawa : pas question de rater le repas de bénédiction qu'est celui de Yennayer !

 

.Yennayer symbolise la longévité, et c’est souvent l’occasion d’y associer des événements familiaux :

  • première coupe de cheveux aux petits garçons. Dans certaines régions berbérophones, on dit que l'enfant est comme un arbre, une fois débarrassé des mauvaises influences, il poussera plus fort et plus énergiquement (c’est d’ailleurs à cette période qu’on opère la taille de certains arbres fruitiers) ;
  • le mariage sous le bon présage de Yennayer. Les petites filles s'amusent à marier leurs poupées (pratique qui rappelle tislit n wenZar) ;
  • rites d’initiation agricoles : on envoie les enfants aux champs afin de cueillir eux-mêmes fruits et légumes.

Le repas, préparé pour la circonstance, est assez copieux et différent du quotidien. Les rites sont effectuées d’une façon symbolique. Ils sont destinés à écarter la famine, augurer l’avenir, consacrer le changement et accueillir chaleureusement les forces invisibles auxquelles croyait le berbère. Pour la préparation de « imensi n yennayer », le Kabyle utilise la viande de la bête sacrifiée (asfel), souvent de la volaille, mélangée parfois à la viande séchée (acedluh) pour agrémenter le couscous, élément fondamental de l’art culinaire berbère. Le plus aisé affichent sa différence. Il sacrifie une volaille par membre de la famille. Le coq est pour l’homme (sexe masculin) et la poule pour la femme (sexe féminin). Un coq et une poule sont attribués à la femme enceinte dont l’espoir qu’elle n’accouche pas d’une fille qui était hélas souvent mal accueillie au sein du système patriarcal de certaines tribus.

En revanche, le premier yennayer suivant la naissance d’un garçon était d’une grande importance. Le père effectue la première coupe de cheveux au nouveau né et marque l’événement par l’achat d’une tête de bœuf. Ce rite augure de l’enfant le futur responsable du village. il est répété lors de la première sortie du garçon au marché. Il est transposé, dans les mêmes conditions, à la fête musulmane chiite de l’achoura, dans certaines localités berbérophones.

« Imensi n yennayer » se poursuit tard dans la nuit et la satiété est de rigueur. C’est même désobligeant pour la maîtresse de la maison (tamgart n wexxam) de ne pas se rassasier. Il est aussi un repas de communion. Il se prend en famille. On réserve la part des filles mariées absentes à la fête. On dispose autour du plat commun des cuillères pour signaler leur présence. À travers les génies gardiens, les forces invisibles participent au festin par des petites quantités déposées aux endroits précis, le seuil de la porte, le moulin de pierre aux grains, le pied du tronc du vieux olivier, etc. et la place du métier à tisser qui doit être impérativement enlevé à l’arrivée de yennayer. Sinon les forces invisibles risqueraient de s’emmêler dans les fils et se fâcheraient. Ce qui est mauvais pour les présages.

Pour le Kabyle « amenzu n yennayer » détermine la fin des labours et marque le milieu du cycle humide. Les aliments utilisés durant ce mois sont les mêmes que ceux de la période des labours. La nourriture prise est bouillie, cuite à la vapeur ou levée. Les aliments augmentant de volume à la cuisson sont de bonne augure. La récolte présagée sera d’une grande quantité. Les différentes sortes de couscous, de crêpes, de bouillies, etc., et les légumes secs les agrémentant apparaissent. Les desserts servis seront les fruits secs (figues sèches, abricots secs, noix, etc.), de la récolte passée, amassés dans de grandes et grosses cruches en terre pourvues d’un nombril servant à retirer le contenu (ikufan).

Le mois de yennayer est marqué par le retour sur terre des morts porteurs de la force de fécondité. Durant la fête, les femmes kabyles ne doivent pas porter de ceinture, symbole de fécondité. Celles transgressant la règle subiraient le sortilège de la stérilité. « Imensi n yennayer » nécessite des préparatifs préalables. Dans les Aures et en Kabylie, la veille, la maison est méticuleusement nettoyée et embaumée à l’aide de diverses herbes et branches d’arbres (pin, etc.). Elle ne le sera plus, durant les trois jours suivants sinon le balai de bruyère, confectionné pour la circonstance par les femmes lors de leur sortie à la rencontre du printemps (amagar n tefsut), blesserait les âmes errantes. On procède au changement des pierres du kanun (inyen n lkanun).

Tous les gestes accomplis pendant la fête se font avec générosité et abondance. Les participants à la célebration, estiment recevoir, par leurs actions, la bénédiction des forces invisibles circonscrivant chez le berbère son univers de croyance.

Partager cet article

Repost 0
Published by All my best recipes - dans break time
commenter cet article

commentaires

flen 30/06/2013 21:57


azoul


Votre explication du mot yenayer est complètement étonnée.


Yenayer est composé de yen qui est le chiffre un ( yen, sin, qrad, etc…) En kabyle nous disons yiwen sin
etc…


Et ayer  qui veut dire lune ( en Kabyle nous disons ayur)


Ce qui donne donc tout simplement Ayur amenzu ( le premier mois, ou le mois un etc… )


Cela n'a donc strictement rien à voir avec le latin. C'est un mot purement amazigh.


Il faut se méfier des tendances à vouloir latiniser notre langue…

flen 30/06/2013 21:52



flen 30/06/2013 21:30



Ma cabane aux Délices 14/01/2012 15:16


C'est ce que j'ai préparé également ! un délicieux couscous que tu nous propose. Très bonne année berbere à toi aussi et tous mes meilleurs voeux, bisous et bon week end

Vanille et fleur d'oranger 12/01/2012 23:04


une tres belle assiette pleine de saveurs! merci

Presentation

  • : All my best recipes
  • All my best recipes
  • : Une cuisine des 4 coins du monde,Vous trouvrez ici toutes mes meilleurs recettes, j'aime essayer , tester , savourer toutes sortes de recettes,et decouvrir les chefs d'oeuvres des autres, partager les r7 ancestrales Algeriennes.
  • Contact

Qui Êtes-Vous ?

  • All my best recipes
  • Epouse  et maman qui aime partager son savoir culinaire et aime faire plaisir a son entourage, j'adore cuisiner decouvrir de nouvelles recettes des 4 coins du monde .
  • Epouse et maman qui aime partager son savoir culinaire et aime faire plaisir a son entourage, j'adore cuisiner decouvrir de nouvelles recettes des 4 coins du monde .

Related Posts with Thumbnails

Rechercher

Archives

Partenariat

rueducommerce

Pages

Texte Libre

Texte Libre

fondues

 
 
 

    Paperblog